10% offerts avec le code LANCEMENT10

L'image de soi c'est quoi ?

Après l'estime de soi, c'est l'image de soi que nous avons voulu vous expliquer ; en effet, si la différence est tenue entre les deux, elle est néanmoins réelle :

  • l'estime de soi se rapporte au jugement subjectif de sa valeur,
  • l'image de soi, est la représentation mentale que chacun.e d'entre nous se fait de son physique, de sa psyché et de son intelligence.

Les 4 éléments constitutifs de l'image de soi 

Le conditionnement mental 

Il se crée dès la petite enfance sur la base des évaluations et jugements répétés de l'entourage familial, notamment des parents. Des avis qui peuvent renforcer l'image de soi si ils sont positifs, nous engagent à aller plus loin, à découvrir le monde et à tenter de nouvelles expériences ou nous félicitent. Mais les critiques négatives entament notre propre capital sympathie et nous conduisent à douter de nous-même, et ce, dès notre plus jeune âge. 

Des jugements qui sont d'autant plus impactants qu'ils peuvent être "rabachés" à longueur de journée, qu'ils soient fondés ou non. Souvenons-nous que nos proches nous jugent aussi à l'aune de leur propre histoire, image et estime d'eux-même et qu'ils ne sont pas forcément toujours dans le vrai. 

    L'image mentale que nous faisons de nous même

    Il nous est impossible d'avoir un regard objectif sur nous-même : nous apprécions en permanence notre image corporelle et psychique. 

    Elle dépend de facteurs intrinsèques :  la confiance, l'estime et l'amour que l'on ressent pour son physique, ses qualités, ses défauts et ses compétences et de facteurs extrinsèques comme les injonctions sociétales sur la beauté ou le bonheur (notamment pour les femmes) que l'on retrouve dans les médias, sur les internets.

    Pour appréhender la subjectivité de notre regard, nous vous invitons à (re)voir la campagne Dove Real Beauty Sketches où des hommes et des femmes étaient confrontés à leur portraits réalisés par un profiler, qui se basait alternativement sur leur description d'eux-mêmes et celle faite par des gens qui les avaient croisés. Edifiant !

     La version féminine est à visionner ici 

    Notre jugement sur notre parcours passé

    L'image de soi dépend également directement de la lecture que nous faisons de notre chemin de vie, de notre regard sur nos succès mais aussi nos échecs. Quelle est le niveau d'indulgence que nous pouvons mobiliser pour juger de notre parcours ? 

    En cas d'échec, il est important de savoir faire la part des choses (et ça n'est pas forcément chose facile) entre la réalité et le regard que nous portons sur celle-ci. Nous avons trop tendance à ressasser le passé en nous disant "J'aurais du faire çi, ça..." ; "Si j'avais su..." ... Alors qu'en lâchant prise et en acceptant ce qui a été, il devient plus aisé de se juger moins sévèrement.  

    Nos relations interpersonnelles

    Les autres nous servent souvent de jauge pour nous-mêmes : ils sont, réussissent, s'épanouissent mieux / moins bien .... Phénomène accentué par celleux à qui semblent tout réussir, vu, par exemple, par le prisme de leurs comptes sociaux.

    Au lieu de se comparer à autrui, envisageons leur parcours ou leur vie avec objectivité et tachons de nous réjouir sincèrement, sans arrière pensée, pour eux. 

    Comme nos proches (cf. ci-dessus), les autres nous renvoient également leurs ressentis subjectifs, créés à l'aune de leur propre image d'eux-même.

    C'est surtout le jugement que nous croyons voir dans leur regard - que ce jugement existe vraiment ou pas - qui impacte l'image de soi.  La fameuse sur-analyse qui conduit à nous demander "Qu'est ce qu'il/elle pense de moi ?" et qu'il est difficile de stopper. 

    L'image de soi, une évaluation mouvante en permanence

    Elle est étroitement lié à nos "performances", notre aisance et le regard que nous portons sur nous-mêmes. Elle peut être différente suivant les périodes de vie (elle est souvent mise à mal à l'adolescence, à cause d'un changement corporel, une maladie, une rupture difficile...) et suivant les sphères de sa vie personnelle ou professionnelle : on peut avoir une mauvaise image de soi en amour, en raison d'échecs répétés, alors qu'on a une bonne image de soi dans le travail, grâce à nos performances ou à l'assentiment de nos pairs. 

    Ce que permet une  bonne image de soi

    L'impact d'une mauvaise image est double : elle abîme nos relations aux autres en nous mettant dans une position défavorable et fait baisser notre confiance et notre estime de soi.

    Une bonne image de soi pousse à aborder les situations avec un oeil plus positif et optimiste ; elle permet aussi de : 

    • Rester plus calme et objectif.ve en cas de critiques ou de jugements négatifs : cela ne signifie pas qu'on les rejette, mais qu'on sait faire la part de choses, les évaluer à leur juste mesure, sans se laisser emporter par eux. 
    • Savoir savourer ses victoire et succès à leur juste valeur et faire preuve d'humilité en toutes circonstances pour éviter de prendre la grosse tête. Attention cela ne veut pas dire de pas les célébrer, simplement de ne pas écraser les autres. 
    • Garder le cap dans des moments ou situations un peu difficiles.
    • Se positionner d'une manière juste dans sa relation à autrui, dans une interdépendance et pas dans une codépendance. 

     

    A retenir : l’image de soi dépend directement du niveau de bienveillance que l'on déploie envers soi-même. Elle ne reflète que notre propre perception, pas celle que les autres porte sur nous.  Nous nous voyons avec nos propres filtres, degrés d'exigence, critères d'évaluations. Certaines personnes ont des filtres très critiques, d'autres ont des filtres plus bienveillants. 

    C'est pourquoi, nous vous avons préparé trois exercices pour renforcer votre image de vous 🥰, à découvrir ici !