Les signes de reconnaissance, source de good vibes

Les signes de reconnaissance (un autre apport hyper intéressant de l'analyse transactionnelle) sont un moyen efficace de nourrir son estime de soi... et celle de l'autre, à la fois en les donnant et en les recevant.
  
On a choisi (pour changer) deux gros chats sauvages qui illustrent à merveille le flux de signes de reconnaissance qui peut s'installer. 

Kezaco un signe de reconnaissance. 

Un signe de reconnaissance est un acte ou une parole qui reconnait la présence d'autrui. C'est un besoin vital pour le développement (physique et psychique) et le bien-être chez tous les mammifères, nous y compris (et surtout !). 

Une étude menée dans des orphelinats en Roumanie a montré que les bébés que l'on prenait dans les bras, qu'on câlinait, avaient une courbe de croissance et un éveil supérieur à ceux qui n'étaient pris en charge que de manière mécanique : nourrir, changer la couche. 

Et cela va même plus loin, mieux vaut un signe de reconnaissance négatif, que l'absence de signe de reconnaissance... Pourquoi ? Parce qu'un signe de reconnaissance négatif c'est d'abord un signe d'intérêt avant que sa tonalité n'intervienne. 

Les différents types de signes de reconnaissance 

On classe les signes de reconnaissance suivant deux critères :

  • la tonalité : positive ou négative (donc)
  • la condition : le signe de reconnaissance est-il valable dans l'absolu ou est-il assorti d'une condition ? 

C'est un peu obscur, du coup voici un schéma pour mieux comprendre 

 

 

Les signes de reconnaissance les plus "efficaces" sont  :

    • offerts : et oui, on en attend rien en retour, c'est un don pas un marchandage ! 
    • personnalisés : ils ont comme cela beaucoup plus d'impact et de poids. 
    • sincères : cela semble évident, inutile de se forcer pour en donner un ! 
    • argumentés : le fait d'expliquer et d'illustrer pourquoi ce signe là (et pas un autre) lui donne déjà plus de poids, et permet également à la personne lui le reçoit de le mettre en perspective et de l'emmagasiner plus facilement
    • proportionnés, que le fond et la forme soient justes dans l'"ici et maintenant". Attention à être dithyrambique ou inconditionnel à bon escient, si on dit "Je t'aime à la folie, quand tu laves les assiettes" en sautant partout à son conjoint, celui-ci peut assez logiquement questionner votre franchise !

La circulation des signes de reconnaissance

Ce qui est chouette avec les signes de reconnaissance c'est qu'ils sont infinis et que donner des signes de reconnaissance permet généralement d'amorcer une pompe sans fin d'échanges. Garde à l'esprit qu'être généreux.se dans ce domaine conduit les autres à l'être aussi !  

Il existe 4 manières de créer un flux de signes de reconnaissance et comme on est sympa, on te propose à chaque fois une pratique pour progresser.  

Donner 

Et oui, on peut donner de manière CONSCIENTE un signe de reconnaissance, d'ailleurs au départ, avant que cela devienne un réflexe il faut souvent le réfléchir. 

    Pratique : choisis un.e proche (ou plusieurs), complète la phrase suivante en restant précis et concis

    "Bidulette, ce que j'aime chez toi, c'est ... Parce que ...." 

    et écris-le lui ou dis-le lui, en fonction de ce qui t'est possible. 

    Recevoir 

    Il peut être difficile de recevoir un signe de reconnaissance, quand on est pas habitué ou qu'on a une mauvaise estime ou image de soi. Pense à ta réaction quand on te fait un compliment : l'acceptation ? le rejet ? le "oui mais non tu sais c'est pas grand chose, c'est ...." 

    La manière dont on reçoit un signe de reconnaissance n'impacte pas que nous-même, mais également la personne qui nous l'octroie. Si nous sommes toujours dans un rejet ou un doute, elle peut se lasser ; alors qu'une acceptation simple, permet à ce signe de se sédimenter et à l'autre de se sentir accueilli et valorisé. 

    Tu as du mal ? Essaye le trio suivant : silence - merci - silence, pour donner à ce signe la place qu'il mérite, en gardant à l'esprit qu'il faut au cerveau entre 5 et 20 secondes pour fixer le positif.

    Pratique : crée ton carnet de pépites : un cahier qui va compiler les signes de reconnaissance positifs que tu as reçus : fouille 
ta mémoire à la recherche de ces petites ou grandes pépites qu’elles viennent d’amis, de collègues, de ta famille, ou d’inconnus. Cherche aussi dans tes mails et tes sms. Quand tu en déniches un, reporte-le sur un cahier et indique qui te l’a fait. Tu peux aussi en noter quelque-uns sur des post-it que tu dissémines chez toi, à des points de passage : ton frigo, ton miroir de salle de bains, ta table de chevet ... 

    Demander 

    Sans doute au départ difficile à mettre en place, demander des signes de reconnaissance permet de ne pas rester dans une frustration, notamment dans le domaine professionnel - c'est le fameux feedback.

    Attention néanmoins à bien cadrer ta demande, surtout si tu as besoin de feedback positifs, dans sa formulation et choisis un moment où tu sens l'autre disponible, physiquement et mentalement.
    Apprends à poser "Qu'est-ce qui t'a plu ?" plus que "Qu'as-tu pensé de ?" pour que la personne en face de toi se mettre dans une "bonne" disposition d'esprit pour vous répondre.

    Pratique : réfléchis à la formulation des questions que tu pourrais poser pour avoir des signes de reconnaissance positifs dans les différents domaines de ta vie : professionnelle, amicale, familiale, amoureuse. Garde en tête qu'elles te sont personnelles et qu'elles reflètent ta manière d'être et de penser. 

    S'en donner

    On n'y pense pas forcément : nous sommes notre premier donneur de signes de reconnaissance positifs. Tu es fier.e, content, heureux.se de quelque chose accompli, de ton énergie du moment, de ton look du jour, et bien dis-le toi !

    Pratique : tous les soirs, dans ton lit ou devant un miroir, exprime ton contentement envers toi-même en identifiant ce dont tu peux être fièr.e

     

    Pour conclure, gardez à l'esprit qu'en fonction de notre histoire, des filtres se mettent en place. Une mauvaise confiance en soi peut se traduire par un rejet des signes de reconnaissance positifs parce que l'on s'en trouve indigne. À l'inverse, se focaliser sur les signes de reconnaissance négatifs nourrit nos croyances limitantes et notre mauvaise image de nous ! 

     

     

     

     

    Laisser un commentaire

    Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés