Comment s'ouvrir aux autres et au monde ?

Rappelez-vous, quand vous étiez enfant, curieux.se des autres et du monde, à interpeller les gens dans le bus ou dans la rue avec des remarques parfois incongrues, à grimper sur un arbre et ne plus savoir en redescendre, demander à suivre des cours de danse ou de guitare.... Au grand désespoir parfois de vos parents !

Les enfants ont cette qualité innée de s'ouvrir spontanément... Qualité qui s'effiloche généralement au fil des années, suivant sa personnalité, ses expériences et son vécu. 

Généralement à l'âge adulte, notre capacité à s'ouvrir est moindre et nous faisons parfois (ou souvent) preuve de fermeture, sans même nous en rendre compte ; nous avons créé une carapace qui se met automatiquement en place dans des situations difficiles. Cette carapace nous protège certes, mais elle nous empêche de rester ouvert.es.

Les mécanismes de fermeture : quels sont-ils?

Il existe 3 mécanismes principaux de défense, nous faisons généralement appel à un ou deux en majeur mais pouvons recourir aux autres de manière moins fréquente  :

1 - L'humour

Et oui ... C'est paradoxal, car l'humour semble spontanément être une preuve d'ouverture, mais pourtant s'amuser, se moquer de soi ou des autres, est parfois le signe d'une grande sensibilité et d'une fermeture à l'autre.

L' (auto-)dérision est une manière "d'attaquer en premier" les autres ou soi-même. Si je me moque d'un de mes travers en premier, les autres n'auront plus de prise sur moi à ce sujet. Ou si je me moque d'abord d'autrui, je serai en position "haute"dans la relation. Les gens se cachent alors derrière l'humour pour éviter d'être blessés.

2 - La méfiance

La méfiance se développe d'abord comme un mécanisme de défense "vertueux", qui vise à nous protéger après une expérience malheureuse. La première fois que je vois une abeille, je peux être fasciné.e et la suit, elle se sent attaquée et me pique. À l'avenir, je suis plus circonspect.e et fais preuve de méfiance en présence de ces charmantes bestioles rayées... 

Il arrive que cette méfiance devienne un réflexe spontané quand il s'agit d'aller vers les autres ou de nouvelles expériences car nous avons été trop malmené.es dans des circonstances semblables et que nous craignons de l'être à nouveau.

3 - La mise à distance

On peut être dans sa bulle parce qu'on le souhaite, qu'on a besoin de se ressourcer avant de retourner au monde, mais il arrive que cette bulle soit aussi une manière de se protéger des autres et de se ou de les tenir à distance. Il devient alors difficile voire impossible d'entrer dans l'univers que cette personne s'est créé et dans lequel elle se sent bien. 

Il existe bien sûr d'autres mécanismes de défense, nous avons cité ici ceux qui interviennent le plus souvent dans la fermeture. Et pourtant, même si nous pouvons avoir peur ou être méfiant, faire preuve d'ouverture est une formidable richesse. 

Pourquoi s'ouvrir aux autres et au monde ?

Un esprit est comme un parachute. Il ne fonctionne pas si il n’est pas ouvert.

Cette citation de Frank Zappa résume bien pourquoi il est important de faire preuve d'ouverture. Cela attise notre curiosité, notre esprit d'initiative et plein d'autres choses...

Ouvrir la porte à de nouveaux horizons

Il est tentant de rester sur ses acquis, son cercle de connaissances. Si comme un enfant, nous restons à l'affût de nouvelles expériences, nous exerçons alors notre esprit d'ouverture et pouvons apprendre de nouvelles choses et se découvrir de nouvelles passions. 

C'est aussi vrai dans l'ouverture aux autres : c'est s'ouvrir à d'autres cultures, d'autres moyens de penser et de communiquer, d'autres manières de voir le monde qui ne peut que nous enrichir.

Alors la prochaine fois qu'on vous propose quelque chose, dites oui. Vous serez peut-être agréablement surpris.e !

Mieux gérer les changements de sa vie

Être ouvert.e permet de mieux accueillir puis accepter les changements de vie, personnels, comme professionnels. Qu'ils soient subis ou choisis, les changements impactent nos habitudes et le train-train quotidien, qui même s'ils sont répétitifs guident nos vies et nous donnent un cadre. 

Un changement dans votre vie ? S'il vous bouleverse, identifiez les proches à qui vous pouvez vous confier le coeur ouvert pour partager vos ressentis et pensées avec eux. 

Vous pouvez également envisager ce changement comme une opportunité d'intégrer une nouvelle habitude dans votre quotidien, comme par exemple à cause d'un temps de trajet qui s'allonge, la possibilité de lire plus ou d'écouter plus de podcasts.

En plein crise, oui on vous l'accorde c'est compliqué à faire... Attendez peut-être quelque temps pour intégrer les conséquences de ce changement et voir comment vous ouvrir à ce qu'il peut apporter.  

Gagner en profondeur et en authenticité

S'ouvrir aux autres c'est aussi l'opportunité d'enrichir ses relations. Les laisser voir nos failles ou nos points forts, nous montrer tel que nous sommes pour que nos relations soient plus justes et plus sincères. 

S'ouvrir aux autres, c'est aussi accepter qu'ils s'ouvrent à nous : savoir faire preuve d'empathie pour découvrir les autres et les accepter tels qu'ils sont, sans jugement ou arrière pensée (plus facile à dire qu'à faire c'est vrai..).

S'ouvrir aux autres commence par leur accorder une attention profonde et entière, oui même pour parler météo ou échanger des potins à la machine à café. Comme le résume, Sharon Salzerg, spécialiste de la méditation occidentale : 

La première et plus importante étape est de changer notre façon de prêter attention à ce qui nous entoure. Sommes-nous pleinement présents, ou plutôt distraits et fragmentés? Par exemple, lorsque vous rencontrez quelqu’un pour la première fois, écoutez-vous vraiment tout ce qu’il vous raconte, ou êtes-vous en train de réfléchir à cet e-mail que vous avez oublié d’envoyer?

Il y a tellement de personnes que nous considérons immédiatement comme étant sans importance pour nous, sans même prendre le temps de ressentir une connexion ou une certaine compassion pour elles ! 

Une manière "aisée" de s'ouvrir aux autres ; commencez par leur poser des questions ouvertes et pas bateaux (évitez les "et toi comment ca va ?") et laissez vous emporter par la conversation... 

S'ouvrir, c'est accepter sa vulnérabilité

S'ouvrir dans le respect de soi-même

On vous parle d'ouverture, bien sûr, mais s'ouvrir aux autres ou aux nouvelles expériences se fait d'abord dans le respect de soi-même. Nous avons chacun.e notre propre sensibilité et s'ouvrir c'est forcément sortir un moment de sa zone de confort : l'idée n'est pas de se forcer à faire quelque chose, mais d'y aller progressivement, par étape.

De la même manière, quand quelqu'un.e s'ouvre à nous, nous pouvons être choqué.es par ses propos ; l'essentiel n'est pas de tout accepter mais d'être conscient.e des différences qui peuvent exister et si elles nous bousculent, comprendre ou travailler ce qu'elles ont déclenché. 

S'ouvrir dans le respect des autres

Comme le disait Pierre Déproges ; on peut rire de tout mais pas avec tout le monde. Nous avons tous des zones d'inconfort, il est important de les prendre en considération qu'on soit émetteur ou récepteur.

Quand nous faisons le choix de nous ouvrir aux autres, il s'agit toujours d'un choix : nous contrôlons à qui nous nous ouvrons et ce que nous confions. Ce que nous ne contrôlons pas, en revanche, c'est la manière dont notre parole sera reçue par autrui. Il faut donc être capable de gérer sa réaction si elle ne nous convient pas et de comprendre que s'il ou elle réagit comme cela c'est en fonction de son propre système de valeurs, sa personnalité, ses croyances et ses primes d'analyse.

 

S'ouvrir c'est finalement d'abord s'ouvrir à soi-même et accueillir sa propre vulnérabilité.  C'est porter un regard bienveillant, voire plein d'amour pour ses failles et ses zones d'ombres... Pour se laisser aller au plaisir de la découverte ! Et pour vous aider, direction des 3 exercices qu'on vous concocté 🤗 .